Le nouveau bac général : spécificités et changements

La fameuse terminale… L’année dont on se rappelle tous. C’est l’une des plus importantes. Mais elle peut parfois virer au cauchemar. Entre la préparation du baccalauréat, les différentes étapes de Parcoursup, le stress des examens… beaucoup d’élèves se perdent. Si l’élève tient le premier rôle dans son orientation, cela ne veut pas dire qu’il doit être seul : parents, professeurs et coach d’orientation sont là pour l’accompagner vers son épanouissement. Mais d’abord, quelques explications :

Selon le ministère de l’éducation nationale, le nouveau baccalauréat redonne au baccalauréat son sens et son utilité avec un examen remusclé pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l’enseignement supérieur.

La réforme du lycée se veut porteuse de la volonté de donner plus de liberté aux familles en ce qui concerne le choix du parcours d’études secondaires. Ce principe a conduit à profondément transformer la voie générale en y supprimant les anciennes filières (ES, L et S), remplacées par une voie unique, au sein de laquelle les familles doivent choisir trois enseignements de spécialité en première, puis deux en terminale (à choisir parmi les trois de première). De ce fait, on peut dire que la réforme s’efforce de placer la question de l’orientation des élèves au cœur du nouveau lycée. Elle y serait plus pleinement parvenue si cette logique avait également concerné la réforme de la voie technologique. Le Ministre a préféré conserver les diverses filières technologiques.

  • Les épreuves communes de contrôle continu d’histoire-géographie

 Chaque épreuve commune de contrôle continu d’histoire-géographie se compose de deux parties. La première consiste en une question problématisée ; la seconde est soit une analyse de document(s), soit la réalisation d’une production graphique. Si la première partie du sujet porte sur l’histoire, la deuxième porte sur la géographie et inversement. Chaque partie est notée sur 10.

En première sont organisées deux épreuves de deux heures :

  • Une réponse à une question problématisée : le candidat doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maitrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.

 

  • Une analyse de document(s) ou la réalisation d’une production graphique : l’analyse de document(s) est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique et des éléments de construction de l’analyse. Le (ou les) document(s), en histoire comme en géographie, comporte(nt) un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives. Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.

 

En terminale, l’épreuve de 2 heures est divisée en deux. Si la première partie du sujet porte sur l’histoire, la deuxième partie sur la géographie et/ou inversement. Chaque partie est notée sur 10 :

  • Une réponse à une question problématique : il s’agit d’une réponse rédigée et construite. L’élève doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maitrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.

 

  • L’analyse de document(s) ou la réalisation d’une production graphique : l’analyse de document(s) est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique. Le (ou les) document(s), en histoire comme en géographie, comporte(nt) un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives. Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.
Fermer le menu