Depuis septembre, deux nouvelles voies permettent d’accéder aux études de santé.

La Paces (première année commune aux études de santé) a tiré sa révérence pour laisser place, depuis la rentrée de septembre, au Pass (parcours accès santé) et à la L.AS (licence accès santé). Ces deux parcours donnent accès aux études de santé (médecine, maïeutique, pharmacie, odontologie et kinésithérapie).

Fin du numérus clausus mais pas de la sélection

La fin de la Paces s’accompagne de la fin du numerus clausus, cette sélection drastique qui faisait de la filière santé, des études difficiles d’accès, laissant de nombreux étudiants sur le carreau. Mais même si le numerus clausus disparaît, cela ne signifie pas que la sélection n’est plus. Ce sont désormais les établissements d’enseignement qui fixent, en accord avec l’Agence régionale de santé, leur quota d’étudiants pour chaque filière. Appelé numerus apertus, ce quota est déterminé en fonction des besoins et des capacités de formation sur le territoire.

Le Pass, une nouvelle Paces ?

Le Pass propose des enseignements axés sur la santé. Mais pas que ! Ce qui le différencie de la Paces ce sont les enseignements consacrés à d’autres domaines comme l’informatique, le droit, ou encore l’économie. L’objectif est d’ouvrir l’esprit des étudiants à des matières plus ou moins éloignées de la santé.

Pour accéder à la 2e année, l’étudiant doit valider les 60 crédits ECTS du Pass. Si ce n’est pas le cas, le redoublement n’est pas permis et il devra se réorienter. Il lui restera une autre chance d’intégrer les études de santé en s’inscrivant en L.AS l’année suivante.

Si les 60 crédits ECTS sont validés, il peut arriver que l’accès en 2e année ne soit pas possible. Les établissements d’enseignements fixent leur propre quota et un étudiant qui a validé son année de Pass peut ne pas être suffisamment bien classé pour accéder à la 2e année. Dans ce cas, il est possible de passer directement en 2e année de licence dans l’un des domaines étudié pendant le Pass. Par exemple, si l’étudiant a suivi des cours de droit pendant sa 1re année, il pourra entrer directement en 2e année de droit, voire intégrer une L.AS et retenter sa chance en santé l’année suivante.

À la différence de la Paces, le Pass permet de ne pas perdre une année pour les étudiants qui échoueraient en 1re année. En Paces, les étudiants pouvaient redoubler et suivre deux premières années. Mais à l’issue de ces deux ans, s’ils étaient recalés ou reçus-collés, il n’y avait aucune équivalence. Avec le Pass, même si les étudiants ne poursuivent pas en santé, ils peuvent poursuivre un cursus dans le domaine étudié en Pass, sans perdre une année et en cas d’échec en Pass, la L.AS offre une 2e chance d’entrer dans les études de santé.

Accéder aux études de santé via une licence

En plus du Pass, il existe une 2e voie possible pour intégrer les études de santé. Les étudiants peuvent s’inscrire dans une licence qui propose une mineure en santé en plus des cours traditionnels. Dans ce cas, on parle de L.AS. A l’issue de la 1re année, si les étudiants la valident, ils peuvent tenter d’intégrer la 2e année des études de santé.

S’ils ne sont pas admis en 2e année de santé, ils pourront poursuivre dans la même licence et candidater de nouveau aux études de santé, après au moins une année supplémentaire d’études. Mais attention les étudiants ne peuvent se présenter que 2 fois maximum aux études de santé.

Et attention, en fonction de la licence choisie, l’étudiant n’aura pas forcément accès à toutes les filières en santé. Certaines n’offrent qu’un accès en maïeutique ou en odontologie, d’autres en médecine… Les L.AS indiquent sur Parcoursup et sur leur site, à quelles filières elles permettent de candidater.

Fermer le menu