Que faire après 3 années d'études validées

Bac3 - Bilan orientation Bac +3

Les objectifs du bilan d’orientation de l’étudiant après un bac+3

1/ Créer un projet professionnel

La sélection en master oblige les étudiants à se poser plus de questions, avant ils étaient dans une continuité quasi automatique »,

Pour tous, le master représentait un sésame vers un emploi intéressant et correctement payé. Certes, les diplômes supérieurs protègent du chômage – 10,2 % des jeunes titulaires sont touchés contre 18,4 % pour l’ensemble des 15-29 ans, selon l’Insee –, mais tous les M1/M2 ne se valent pas. Et les étudiants sont souvent tranquilles et très intéressés par ces formations à l’université, qui sont peu coûteuses et peu sélectives

Reste, enfin, que le bac + 5 s’est banalisé. Avec le système LMD, le master est presque devenu un passage obligé. Or, le marché du travail peine à les absorber tous d’ou un effet de déclassement déguisé,

Se pose alors la grande question : un master est-il réellement indispensable ? « Bien sûr qu’il faut s’arrêter à bac + 3 pour certains ! En France, on a la religion du bac + 5 », tonne Francis Jouanjean, de la Conférence des grandes écoles.

2/ Valider que la formation débouche vers un emploi

Certaines formations  expédient les jeunes vers des voies de garage, notamment en sciences humaines. « En psychologie, 18 000 étudiants entrent en licence alors qu’il y a du boulot pour 2 000 en fin de parcours, ­reconnaît-on au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. La loi ne permet pas de filtrer à l’entrée. »

Parfois certains masters sont parfois maintenus en dépit du bon sens, dénonce un enseignant en langues étrangères appliquées, qui a requis l’anonymat. 

Certains établissements sont devenus des cash machines« Des gens qui, avant, se seraient arrêtés à bac + 2 ou bac + 3 paient cher des masters sur lesquels on n’arrive pas à se faire une opinion »

Pour compliquer le tout des écoles proposent des diplômes douteux, intitulés « mastaires », par exemple, ou labellisés auprès d’une entité suisse privée

ODIEP rappelle que seuls les établissements dûment  accrédités par le ministère chargé de l’enseignement supérieur peuvent délivrer le Diplôme National de Master (DNM). L’utilisation du terme « master » est réservée au diplôme national et aux établissements dûment habilités à le délivrer, en application de dispositions législatives et réglementaires pour lesquelles aucune dérogation n’est possible. L’article L731-14 du code de l’éducation prévoit que le « responsable d’un établissement qui décerne des diplômes portant le nom de master, ou qui décerne des diplômes en référence au grade de master sans avoir été accrédité ou autorisé par l’Etat, dans l’un ou l’autre cas » est puni par la loi.

La formation idéale doit être en phase avec la réalité de l’emploi.

Juger de la qualité des diplômes en regardant leurs statistiques d’insertion professionnelle en connaissant les points forts et les points faibles de chaque formation

Les coachs d’orientation de ODIEP déclinent trois domaines de connaissance essentiels qui seront pris en compte dans le bilan d’orientation :

  • Know-how (volonté d’évoluer et capacité à prendre des décisions),
  • Know why (qui comprend la réflexivité sur son parcours et son identité mais aussi l’exploration de carrière),
  • Know whom (contacts et soutiens pour réaliser son projet professionnel).

Les coachs d’orientation de ODIEP offrent aux étudiants un service d’orientation efficace dans un nouveau contexte marqué par des systèmes d’éducation et de formation inscrits dans une perspective tout au long de la vie et des marchés du travail dynamiques, globalisés, incertains et pénétrés par le numérique.

Le rôle des coachs d’orientation de ODIEP est de donner une vision prospective des métiers et des compétences de demain aux étudiants et de sélectionner avec eux le M1 

3/ Bien choisir son M1

Le choix du bon diplôme s’apparente donc à une enquête de détective et avec le coach d’orientation de ODIEP vous allez :

  • Vous renseigner sur le niveau,
  • Vous assurer que le corps professoral mêle théoriciens et professionnels en activité,
  • Dénicher les (vrais) chiffres des débouchés
  • Vérifier la capacité du master à fournir des stages…
  • Apprendre rapidement à repérer les filières qui peuvent l’accueillir selon sa spécialité.
  • Trouver d’autres filières que sa spécialité susceptibles de correspondre à votre profil selon les matières que vous maîtrisez.
  • Postuler au M1 au bon moment. (Plus tôt vous candidatez, mieux ce sera, certains masters ayant mis en place plusieurs vagues d’admission pour éviter les engorgements)
  • Vous renseigner aux secrétariats des formations visées
  • Indiquer en M1 la spécialisation envisagée en deuxième année (Montrer donc que vous vous êtes bien renseigné sur les différentes spécialités et les métiers qui en découlent)
  • Indiquer les résultats obtenus à des tests officiels de langue (type TOEIC ou IELTS) ou d’études de gestion (Score IAE-Message).
  • Chercher à savoir si les étudiants qui ont obtenu leur licence dans le même établissement auront-ils plus de chances d’accéder au master voulu ? (Légalement non, puisque le Code de l’éducation ne différencie pas les candidats selon leur origine) 

4/ Le coach orientation de ODIEP va aider l’étudiant au droit à la poursuite d’études

Pour bénéficier du droit à la poursuite d’études, il faut réunir plusieurs conditions: avoir obtenu une licence il y a moins de trois ans, avoir effectué au moins deux candidatures pour une admission en M1 à la rentrée 2018. Seuls les étudiants qui n’ont eu aucune réponse positive peuvent participer et doivent fournir pour chaque candidature un justificatif daté de refus de l’établissement. Attention, la procédure ne se déclenchera pas automatiquement. Il est nécessaire de contacter le recteur de la région académique concernée.

Le recteur doit « en priorité » proposer une formation dans l’université dans laquelle la licence a été obtenue. Si ce n’est pas possible, il doit soumettre une formation « dans un établissement de la région académique ». En revanche, le recteur a l’obligation de donner trois propositions d’admission dans un master, au plus tard en octobre.

La réponse, acceptation ou refus, doit être effectuée dans les quinze jours à compter de la réception de la proposition du rectorat. Ces propositions « tiendront compte du projet professionnel et des prérequis des formations ». Mais rien ne précise si l’orientation se fera vers un domaine d’études proche de celui visé…

5/ Bien connaître les modalités de sélection

Ils sont nombreux après la licence à vouloir changer d’université pour la suite de leurs études, afin de viser des établissements plus prestigieux.

A priori Il est possible de postuler directement à autant de masters que l’on veut. Dans son université, bien sûr. Mais aussi partout ailleurs. Attention toutefois à ne pas s’éparpiller en envoyant plus d’une dizaine de candidatures, d’autant plus que chaque université a adopté des procédures et des calendriers de recrutements qui lui sont propres.

Pour les modalités de sélection, chaque responsable de master fixe les critères d’admission de sa formation, qui peuvent consister en un concours, ou en l’examen du dossier de l’étudiant (avec CV, notes obtenues en licence et lettre de motivation) plus éventuellement un oral d’admission.

Avec le coach orientation de ODIEP vous allez :

  • Préparer le concours ( s’il en existe un)
  • Préparer votre dossier de candidature
  • Préparer l’oral d’admission.
  • Apprendre à défendre votre candidature lors des entretiens oraux.
  • Décrire les stages en licence dans le domaine.

40 ans d'expertise

Plus de 10.000 bilans d’orientation scolaire effectués.

Nos tests d’orientation scolaire

Exclusivement pour nos clients
Deux tests psychologiques uniques et propriétaires

Des spécialistes Parcoursup

Un coach d’orientation expert : Alexandre de LAMAZIERE

Un service fiable

Fournir l’information adaptée à votre enfant qui prend en compte l’évolution constante du système éducatif

Le bilan d'orientation ODIEP après 180 ECTS validés

L’orientation de l’étudiant après un niveau de licence devra en priorité s’appuyer sur les acquis et les crédits ECTS obtenus pendant ses 3 années d’études.

Il sera effectué par notre directeur Mr Alexandre de LAMAZIERE dans le cadre d’un bilan de compétences académique et professionnel prenant en compte les « softs skills » demandés par les entreprises.

La réforme du Master 1

La réforme du master 1 est entrée en vigueur depuis la rentrée 2017 et les règles d’accès des étudiants titulaires d’une licence au niveau supérieur ont été modifiées au sein des universités.

Depuis la rentrée 2017 et la mise en application de la réforme du master les universités ont la possibilité de sélectionner les étudiants à l’entrée de la première année de master (M1). En contrepartie, la sélection entre la M1 et la M2 (deuxième année de master) disparaît. Et un droit à la poursuite d’études a été créé pour les étudiants titulaires d’un diplôme national de licence.

Parmi les inscrits en première année de Master (M1) en 2009-2010, 55 % poursuivent l’année suivante en M2 et 16 % redoublent leur année de M1.

Les autres quittent le Master, qu’ils aient ou non validé la première année. Certains se réorientent vers une autre formation universitaire (6 %), mais le plus souvent ils quittent l’université (23 %), qu’ils continuent ou non leurs études dans une autre voie.

Avec ODIEP,
vous acquérez estime
et confiance en soi

Contactez-nous

Contacter ODIEP pour plus d’informations

  • 10 rue de Laborde, 75008 Paris
  • 01 42 65 37 18

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Fermer le menu