Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Comment réussir ses études quand on a un handicap ?



Certains étudiants continuent leurs études supérieures alors même qu’ils ont un handicap qui pourrait les en empêcher. Ce handicap peut être d’ordre mental (déficience intellectuelle, trisomie…), moteur (physique), psychique, peuvent concerner troubles dys (dyscalculie, dyslexique…) et d’autres encore. Il peut être survenu antérieurement au commencement des études supérieures ou pendant ces dernières, notamment suite à un accident. A la rentrée 2015, selon une étude du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, 25 257 étudiants étaient déclarés être en situation de handicap, soit 1,22% de la population étudiante. Depuis 2005 cet effectif a triplé, parmi eux 91% sont inscrits à l’université et 71% d’entre eux bénéficient d’un plan d’accompagnement.

Pour aider le jeune en situation d’handicap à poursuivre ses études dans l’enseignement supérieur des aides existent, la consultation du site du Ministère de la Solidarité et de la Santé pourra vous accompagner à leur découverte.

Les universités ont pour obligation de mettre en place des aménagements accessibles aux personnes en situation de handicap, parmi eux il peut y avoir des aides à la communication (interprète en langue des signes, secrétaire, etc.), à l’accès au contenu des cours (écrits en braille, etc.), à l’accès aux locaux (ascenseurs, etc.) et des aides pédagogiques (tutorat).

Pour parvenir à ces dispositifs l’étudiant doit exprimer ses besoins en terme d’accessibilité. Pour y parvenir il doit remplir le formulaire Cerfa 13788*01 que l’on retrouve sur le site du Ministère de la Solidarité et de la Santé et ce, avant la rentrée scolaire. Le document doit être accompagné d’un certificat médical. Quand l’étudiant a passé cette étape il doit signaler ses besoins à l’université. Pour cela, il doit s’adresser au service de la scolarité et au service (inter)universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS ou SIUMPPS) ou par le bureau « Handicap et accessibilité ». Les étudiants qui veulent intégrer un établissement d’enseignement supérieur autre qu’une fac devront se renseigner auprès de l’établissement en question pour connaître les aménagements mis en place et les conditions d’accès à ces derniers.



Concernant son orientation l’étudiant ne doit généralement pas se faire de soucis car toutes les filières sont accessibles aux personnes en situation de handicap. Seulement, la construction du projet professionnel, l’accès aux formations et aux stages nécessitera des adaptations et des démarches particulières (selon la situation de l’étudiant et le secteur d’activité choisi). Pour aider votre jeune dans ses démarches d’orientation, vous pouvez consulter le site de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Handi U .

L’étudiant peut bénéficier d’un aménagement particulier des cours, selon sa capacité de présence à l’ensemble des cours, il peut demander une dispense d’assiduité au service de la scolarité de son établissement. Il peut aussi bénéficier d’un tiers temps, c’est à dire d’un temps supplémentaire pour préparer ses dossiers, préparer et réviser ses examens. Il pourra notamment bénéficier d’un temps supplémentaire pour faire son examen.

En cours une « secrétaire » pourra prendre des notes à la place de l’étudiant, tout comme le jour de l’examen une personne pourra écrire à sa place. Ce secrétaire peut être un autre étudiant qui se propose pour remplir ce rôle et peut parfois aussi intervenir en dehors de l’espace de cours pour aider le jeune en situation de handicap, chez lui par exemple, à écrire des dossiers, etc.

Autrement les moyens que l’étudiant utilise pour écrire peuvent être adaptés en cours et le jour de l’examen, qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’une machine braille, d’agrandissement des textes, etc. Les examens peuvent aussi être adaptés en fonction du handicap du candidat.

Ainsi de nombreux dispositifs sont mis en place pour que les personnes en situation de handicap réussissent leurs études et puissent imaginer les mêmes perspectives d’avenir que les autres ! Malgré des efforts supplémentaires qu’il devra fournir, si l’étudiant est motivé et que les moyens nécessaires à sa réussite peuvent être mis en place, il ne faut pas qu’il se pose de limites pour réaliser ses rêves, parfois les plus fous. Renseignez-vous auprès des services en question, d’autres personnes dans la même situation et lancez vous.

< 5 astuces scientifiques pour réussir à réviser pendant les vacances Faire des études dans le luxe : pour quel profil ? >