Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Survivre au stress de l’orientation : 5 conseils de psy



Selon Frédéric Kochman, pédopsychiatre interviewé par Le Monde, l’étudiant pour survivre au stress lors de son orientation doit :

Anticiper son devenir

Parmi tous les métiers qui apparaissent et disparaissent aujourd’hui, l’individu a un large choix d’orientation disponible en face de lui. Il doit se projeter dans son avenir tel qu’il aimerait le voire (en fonction de ses contraintes) dans un an, deux ans, et ainsi de suite. Comme dans un jeu d’échec, avoir des coups d’avance sur le futur de son jeu/ de sa vie permet d’avoir un plan d’action et de connaître les chemins possibles pour y arriver. L’individu se trouve rassuré de cette connaissance car il n’est pas projeté dans l’inconnu mais dans un projet étudié et qui du coup, est plus concret.

Se détacher de l’avis de ses pairs

Souvent dans les phases d’orientation, les parents sont très présents, ils peuvent solliciter le jeune pour savoir où il en est, le pousser dans sa recherche de formation, etc. Cette aide peut être bénéfique au jeune tant qu’elle ne vient pas se positionner de manière trop contraignante dans son projet professionnel. En effet le jeune est souvent influencé par les attentes de ses parents en matière de formation. Or l’objectif ici est qu’il choisisse quelque chose qui lui plaise à lui et dans lequel il se retrouve. Ainsi il est préférable qu’il arrive à exprimer à ses parents, en cas de problème de ce genre, qu’il entend bien leurs peurs, les envies, etc. mais qu’il doivent lui faire confiance et lui donner la liberté de faire ce qu’il a envie de faire.



Mettre sa créativité au service de son projet

Nos parents et arrières grands-parents ont pour la plupart eu une carrière assez linéaire dans laquelle ils n’auront exercer qu’une seule profession et parfois dans la même entreprise. Depuis les années 80-90, la conjoncture économique a évoluée et le concept de carrière aussi. Maintenant les personnes connaissent de nombreuses ruptures et transitions au cours de leur carrière, ils deviennent de plus en plus mobile. Ce type de conception de la « carrière » appelle les lycéens à envisager plusieurs scénarios dans le déroulement de leur vie professionnelle. Eux aussi seront amenés à changer de métier, suivant leurs intérêts, besoins financiers, etc. Aussi le jeune d’aujourd’hui ne doit pas se stresser, le choix d’une formation ne va pas l’enfermer dans une boîte toute sa vie. Il doit se laisser aller à sa créativité et peut imaginer plusieurs voies d’orientation possibles quand il établit son projet. Il peut penser à suivre plusieurs formations, à faire des reconversions, etc. Il pourrait aussi créer son métier s’il en a l’envie et qu’il y a un intérêt derrière, en liant deux domaines d’expertise par exemple.

Faire un petit peu d’introspection

Le jeune doit se poser les bonnes questions lors de son orientation (Qu’est-ce que j’aime ? Qui je suis ?, etc.) afin de faciliter la démarche dans laquelle il est engagé. Pour cela il peut faire appel à des professionnels de l’orientation qui l’aideront et l’accompagneront dans sa réflexion, notamment y en posant un cadre. Des entreprises comme ODIEP offrent ce genre de services de qualité, aussi vous pouvez faire appel aux conseillers d’orientation présent dans votre établissement scolaire.

Profiter de la vie, vivre la vie

L’étudiant, même dans une période d’orientation, aussi stressante soit-elle, doit aussi savoir profiter de la vie. Il ne doit pas oublier de sortir, de s’amuser, de faire ce qu’il aime, de prendre soin de lui, de bien manger, etc. Cela va lui permettre de se sentir bien et plus décontracté. Il peut aussi investir dans des méthodes de détente telles que le yoga, la méditation de pleine conscience, etc.

< 6 "attendus" nécessaires pour être admis en licence de LEA "Harvard pro" : la formule du ministre Blanquer pour revaloriser la filière professionnelle ? >