Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Jean-Michel Blanquer veut réformer l’école primaire et le collège



Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education a annoncé vouloir réformer l’école et en faire une « Ecole de la confiance ». Les valeurs de cette dernière s’appuieront sur un tryptique donné par le ministre lui-même : « la République, les excellences et la bienveillance ». Pour y parvenir la lutte contre les inégalités et le primaire seront ses priorités. Mais il compte opérer ce changement en douceur, pour que parents et enseignants ne soient pas trop déstabilisés, aussi il refuse de parler de « réforme » ou de « refondation », comme l’auront fait ses prédécesseurs.

Voici son programme pour instaurer une « Ecole de la confiance »:

1/ Un retour à la semaine de quatre jours pour les communes qui en expriment le désir, dans le but de « répondre au mieux aux singularités de chaque contexte local ». 31,8% des écoles ont déjà décidé de ne plus faire classe le mercredi.



2/ Un retour aux filières « d’excellence » : les classes bilangues pourront être rétablies dès la 6ème, les enseignements optionnels (latin et grec) aussi dès la 5ème. Ainsi la réforme du collège qu’avait mise en place Najat Vallaud-Belkacem va être doucement modifiée.

3/ Evaluation des compétences en français et en mathématiques en novembre pour les élèves de 6ème et en début et en fin d’année pour ceux du CP. L’objectif sera d’améliorer le niveau des élèves, en décelant les problèmes spécifiques rencontrés par chacun.

4/ Le dédoublement des classes de CP, CE1 dans les quartiers les plus défavorisés comme les « REP », « REP+ » (Réseau d’Education Prioritaire). L’objectif sera d’atteindre un effectif de douze élèves par classe d’ici à 2019.

5/Désormais le dispositif « devoirs faits«  sera proposer à 20% des collégiens et leur permettra de travailler leurs devoirs au sein de leur établissement après les cours, encadrés par des professeurs volontaires ou par des bénévoles.



 

< Réforme des conditions d'admission à Sciences Po Un "service sanitaire" obligatoire pour les étudiants en santé à la rentrée 2018 >