Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Et si votre jeune partait faire une année de césure ? (2/2)



Le jeune lors de son choix de départ en année de césure est souvent confronté aux avis et au regard des autres, ses parents, amis, etc. Certains lui diront « vas-y fonce, c’est une expérience enrichissante à vivre, dont tu te sentiras changé ! « , d’autres plus superstitieux lui diront « tu vas perdre une année », « ton école ne t’attendra pas », « une année à ne rien faire, ça se voit sur le C. V. », etc.  Mais une année de césure est-elle si inutile que ça ? Tout dépend de ce qu’on y fait…

La maturation d’un projet, ce voyage n’est pas une « fuite »

Ce voyage ne doit pas être un voyage de tourisme, ni une réponse de fuite face à la demande d’orientation qui lui est faite au cours de ses études, car à un moment donné ou à un autre, quand il reviendra, il lui faudra bien choisir une voie. Justement ce voyage doit être considéré comme un tremplin, c’est l’occasion pour lui de se perfectionner en langues, de réfléchir à son orientation, de travailler pendant un an, etc. Mais pour que son année de voyage de voyage soit réussie et utile, elle doit être préparée et faire le fruit d’une réflexion qui aboutisse à un véritable projet. Pour prendre cette variable en considération, le jeune doit faire preuve d’une maturité suffisante.






C’est l’apprentissage de responsabilités et le devenir d’un être autonome


Ce voyage est bien souvent l’occasion pour le jeune de faire sa première expérience professionnelle à l’étranger. Il va être confronté à des situations jusqu’alors inconnues pour lui et devra faire preuve de débrouillardise pour s’y adapter. Il gagnera en autonomie et sera mobiliser ses ressources personnelles pour réagir à une situation, de manière plus « adulte » que d’autres de son âge ne le feraient.



C’est l’occasion de découvrir une autre culture

Le jeune va être intégré dans une culture différente de la sienne. Cela veut dire que la langue parlée y sera différente de la sienne ; ainsi, s’il fait l’effort de s’intégrer à son environnement il pourra s’entraîner à l’a parler pour mieux l’a maîtriser. Il pourra potentiellement devenir bilingue ce qui est une énorme plus-value sur le marché de l’emploi (selon le secteur auquel on se destine). Il fera aussi de nouvelles rencontres, de personnes différentes de lui et parfois plus âgées, ça sera l’occasion de sortir de sa bulle de confort, de devenir moins timide et plus ouvert d’esprit.


Une plus-value pour réussir son insertion professionnelle

De nombreux témoignages ont montré que les employeurs sont très intéressés par ce type de parcours atypique dans la vie d’un jeune et que cette expérience est un véritable atout pour son recrutement. En effet, il développe tôt des capacités que d’autres n’ont pas eu le temps et l’occasion de développer. Les cours d’anglais (ou autres) donnés à l’université ou dans les écoles permettent rarement de devenir bilingue dans une langue et d’être capable de répondre à n’importe qu’elle situation dans cette langue. Les responsabilités exercées dans une année de césure peuvent parfois être importante  (responsable des échanges, organiser des conférences, etc.)et contribuer fortement au développement professionnel et personnel.

Alors, votre jeune fera-t-il une année de césure ? A vous de choisir !



 

< Et si votre jeune partait faire une année de césure ? (1/2) 6 "attendus" nécessaires pour être admis en licence de LEA >