Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Pourquoi de moins en moins de femmes veulent travailler dans l’informatique ?



Isabelle Collet, spécialiste des sciences de l’éducation à l’université de Genève explique dans un interview pour le journal Le Monde pourquoi les femmes, alors quelles étaient pionnières dans le domaine de l’informatique dans les années 60, ont progressivement abandonné cette discipline, sous le coup de la pression sociale.

Alors que dans toutes les autres disciplines scientifiques et techniques le nombre de femmes qui y travaillent augmente, passant de 5% en 1972 à 26% en 2010, l’informatique est le seul domaine dans lequel de moins en moins de femmes s’investissent. Cette régression est notamment dû aux représentations genrées que les femmes reçoivent dès l’enfance sur les métiers, qu’elles viennent du cercle familial ou de l’école.



Ainsi aujourd’hui, seul 15% de femmes suivent leurs études en école d’ingénieur et 10% en IUT. Souvent l’image du « geek » qui est donné à ces filières rend réticentes les femmes à y travailler. Les remarques faites par leur entourage à l’énonciation d’un tel vœu sont généralement très stéréotypées, du type « Tu n’es pourtant pas une geek! » ou encore « C’est pour les geeks l’informatique ». Pourtant se comporter comme un « geek », s’intéresser et jouer beaucoup aux jeux vidéos n’est pas gage de réussite et de compétence en informatique.

Cette situation est dommageable car l’informatique est aujourd’hui l’un des domaines qui se développe le plus rapidement et offre de nombreuses possibilités d’emploi. L’Europe et la France sont en pénurie de techniciens et d’ingénieurs et les représentations sociales limitent les femmes dans leur participation aux changements numériques.

< Réforme du baccalauréat : 4 choses qui vont changer ! Mardi, plusieurs milliers de jeunes manifestaient contre la réforme du bac >