Contact

01 42 65 37 18
Organisme agréé par l'Etat

Nos services

Lycéen(nes) votre système APB est en plein changement !



Après avoir généré beaucoup de tensions chez ses différents utilisateurs et administrateurs, le système APB a montré cet été qu’il était à bout de souffle. Suite à ce fiasco, selon un rapport du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, ce sont la « quasi-totailité » des filières générales qui ont obtenu une proposition à l’issue de la « procédure normale », contre seulement 88% des bacheliers technologiques et 62% bacheliers professionnels. Seulement 64% des bacheliers généraux ayant postulé à la procédure normale ont obtenu une licence. Ce 19 Octobre, 11 groupes de travail se sont concertés dans le but de réformer l’accès à l’université avec pour statut quo de donner la possibilité à tous les bacheliers qui le souhaitent d’intégrer l’université. 63% des bacheliers interrogés estiment que quelle que soit la filière qu’il a suivi au lycée, il doit pouvoir accéder à l’université.

Cependant une question nous a effleuré : Y aura-t-il un mode de sélection ? La réponse est oui, comme l’avait annoncé Macron. L’accès « libre » à l’université pourrait être conditionné par un des facteurs suivants : un « accès libre sans avis ni recommandation »,  un « accès libre avec avis et recommandation », un « accès sous condition » (des prérequis pourraient certainement intervenir), et un « accès sous sélection ».

Quel rôle les enseignants  du lycée auront dans le processus d’accès à l’université ? Les professeurs principaux auront leur mot à dire dans l’orientation du jeune et l’avis du conseil de classe sera aussi partie prenante lors de son orientation dans l’enseignement supérieur. A ce sujet on remarque quelques divergences dans le rapport, quand certains souhaitent seulement « un positionnement du conseil de classe aboutissant à une information à l’intention du jeune lycéen », d’autres veulent qu’un avis officiel »  soit « transmis à l’établissement d’enseignement supérieur auprès duquel le jeune lycéen a déposé une candidature ».

Comment le système APB va s’adapter au calendrier particulier du lycéen ? Dans le dernier calendrier les résultats étaient annoncés au début du mois de juin, il était jugé émetteur de « stress pour les lycéens à la veille des épreuves du baccalauréat ». Alors le nouveau calendrier va être revu, afin de prendre en compte  » les différents temps de l’élève de terminale et ses préoccupations ». Parmi les bacheliers interrogés 55% voudraient que les résultats APB soient annoncés avant les épreuves du bac et 40% après, sachant que les deux options ont déjà été testées pendant les neuf précédentes années d’APB.

L’offre de formations dans le choix APB va être élargie,prenant en compte toutes les formations publiques ; et plus de filières vont être créées pour les filières en tension. Parmi les bacheliers interrogés 71% estiment que « toutes les formations d’enseignement supérieur devraient obligatoirement passer par la plateforme nationale« . Comment maximiser les chances de réussite en licence ? Le parcours universitaire de l’étudiant va être individualisé, il pourra ainsi moduler avec plus de flexibilité son cursus et pourra même allonger son temps d’étude en licence si il le veut.

Dans un projet d’assouplissement de la licence, comment l’étudiant va-t-il individualisé son parcours universitaire ? Cette individualisation « doit s’opérer en fonction du niveau initial de l’étudiant, de ses progressions et de son projet personnel » s’inscrivant « dans un contrat pédagogique établi entre l’étudiant et l’équipe pédagogique, intégrant de manière réflexive et partagée les adaptations du parcours ».

Que faire face aux « nombreux facteurs d’inégalité à l’oeuvre au moment où s’opèrent les choix vers les filières de formation » ? Il est proposé de repenser totalement le Parcours Avenir proposé aux élèves de la sixième à terminale qui leur permet de mieux comprendre le monde économique et professionnelle, de prendre connaissance des diverses formations et d’aiguiller leur orientation scolaire et professionnelle. Pour les personnes n’ayant pas le bagage souhaité pour accéder à une formation, des remises à niveau pourraient être mises à disposition. Parmi les bacheliers interrogés « 63% seraient prêts à suivre des cours de remise à niveau pendant les grandes vacances d’été, et 71% à suivre des MOOC de renforcement pendant l’année universitaire ». L’urgence de former les enseignants à accompagner l’orientation de leurs élèves, ainsi que la nécessaire coopération entre lycées, établissements d’enseignement supérieur et parents ont aussi été relevé.

Les groupes de travail décideront définitivement des différentes clauses de la réforme au début du mois de Novembre, alors à vos agendas !

VIDEO à voir : Sélection à l’université, APB, réforme de l’éducation : le point sur la situation

 

< 3 points sur la formation en journalisme : profil, niveau d'étude et contenu métier (1/2) Préparer son entretien d'embauche : la méthode S.T.A.R. >